Le poids des mots, le choc des typos

 In Marque
le poids des mots, le choc des typos

De l’humour potache à de véritables accroches,
Monoprix s’amuse et casse les codes.
En GMS, ça choque et ça fait plaisir. Non ?

le poids des mots, le choc des typos

Monoprix prend le pari, 1 minute contre 1 sourire. Parfois avec un jeu de mots entre le produit et une expression de la langue (les chips : un goût à tomber dans les pommes de terre), parfois avec un trait d’humour pour mettre en avant un bénéfice produit (papier absorbant : ne pas faire tomber dans l’aquarium).

Bon, pour la CR que je suis, une cohérence entre les accroches serait nécessaire, histoire de comprendre ce qu’on veut nous dire, mais la principale question que cela pose est celle du temps.

Avons-nous le temps de lire des blagues – ne serait-il pas plus malin de faciliter le parcours du consommateur ?

Tout porte à croire que le pari est perdu d’avance. Notre société cherche plus à gagner du temps, qu’à en perdre surtout pour faire ses courses, il y a déjà la lecture des étiquettes nutritionnelles… Et le consommateur est de moins en moins enclin à lire les messages publicitaires. Dans un article du numéro 2, Fricote pense que le risque est trop grand : la perte de temps ne pourrait justifier cette originalité.

Oui mais … On est tous d’accord pour dire qu’on reconnaît un produit plus à la forme de son paquet qu’à sa photo. Et les consommateurs de Monoprix sont des CSP+, citadins et « intelligents », c’est-à-dire en langage marketing, qu’ils savent décryptés les mécanismes de pub.
Alors autant leur proposer de jouer !

Monoprix marque sa différence et laisse l’argument du gain de temps aux hypermarchés.
Nous nous sommes conquis.
Et vous ?

Leave a Comment